De cet angle dépend le point de vue que l’on a de l’action. L’angle le plus courant car le plus neutre est celui où la caméra est placée à hauteur des yeux du sujet.

Mais le cameraman peut aussi décider de cadrer son sujet depuis le dessus, créant ainsi un effet de plongée, ou à l’inverse se placer plus bas que le sujet, pour filmer en contre-plongée.

Prenons pour exemple le film Le Procès d’Orson Welles, un film sur la culpabilité où est mise en scène la domination du héros K (Anthony Perkins) par les institutions, l’appareil d’Etat et la Justice. Welles y fait un usage intensif des plongées et contre-plongées pour souligner la soumission ou au contraire la puissance des personnages.

Romy Schneider et Orson Welles
Orson Welles, avocat marron très influent, représente le pouvoir et la corruption et tient Anthony Perkins sous son emprise. Il est filmé en contre-plongée.
Anthony Perkins face à Orson Welles dans son film "Le procès"
Anthony Perkins face à lui, est filmé en plongée pour illustrer son écrasement, tandis que la taille de l’avocat est largement exagérée.


Ⓒ Image protégée par le droit d auteur